Sur la Route de l’Inde by Mystic

Un savon réalisé il y a quelques temps déjà afin de pouvoir l’offrir à Nansou lors de ma visite à Paris en février.

Je voulais un savon fort en symboles, réalisé avec des élixirs de pierres aussi.

Voici sa recette:

31% HV Coco Bio
27% HV Palme Bio
 10% Macérât de Cristal de Roche dans HV Tournesol Bio
10% HV Son de Riz
10% HV Maïs Bio
4% Beurre Mangue
4% Beurre Cacao
2% Beurre Avocat
2% Beurre Kokum

Soude et Eau de Gemme d’Améthyste

Dans HV tièdes, Lait de Coco et Lait concentré sucré, Poudre de Miel et Poudre de Yaourt

A la trace,
– 1/2 batch avec Poudre d’Orcanette diluée dans HV Chanvre
– 1/2 batch avec de l’Extrait Glycériné d’Encens pilés home made : Encens, Myrrhe, Benjoin et HE Bois de Rose

J’ai disposé dans le fond de mon moule deux plaques gravées ( afin de faire un transfert comme un tampon) , puis coulé mon batch à la poudre d’orcanette en premier lieu .

L’autre par la suite en léger marbrage.

En déco, des petites vagues marbrées.

Découpage au couteau dentelé pour un effet sympa.

Je l’ai habillé de son furoshiki avant de l’offrir à sa destinataire.

Vous retrouverez tous les renseignements sur le cristal de roche et l’améthyste sur mon blog.

 

Je vous présente aujourd’hui un savon qui m’a demandé beaucoup de recherche et de documentation. J’ai commencé à en parler avec Nansou et Irène il y près de 6 mois. Mon projet m’a amenée à lire plusieurs livres d’archéologie consacrés à ma région. Il y a beaucoup à dire sur les Lacustres, aussi ai-je divisé mon article en deux. La deuxième partie se trouve sur mon blog perso afin de ne pas allonger démesurément ce post.

Ici je vous parlerai surtout de l’aspect symbolique et mythique de ce sujet, je réserve les considérations plus scientifiques pour l’autre article.

Si la ville de Neuchâtel s’apprête à célébrer son millénaire, l’année prochaine je crois, les Lacustres nous ont précédé de plus 5 millénaires et demi. En effet les rives de notre beau lac sont habitées depuis 4500 avant notre ère et tous les petits Suisses sont allés visiter les villages reconstitués, ou les restes de certains sites dont on ne voit plus que les pilotis immergés. Il y a des fêtes lacustres, on met des maisons lacustres au milieu des ronds points de la région, bref on a l’impression que nos amis les Lacustres sont toujours parmi nous.

Je me souviens d’une fête très réussie qui s’est déroulée il y 5 ou 6 ans sur une colline de la région. Les gens étaient habillés soit en Lacustre soit en Hippie (pour avoir l’entrée gratuite, seuls les contemporains payaient !). Nous avons passé deux jours formidables à faire des ateliers d’artisanat, à écouter des conteuses ou des bardes en grande tenue et à écouter de la musique celtique en buvant de l’hydromel. Comme j’ai un faible pour la période hippie et que c’est plus facile de trouver des habits de hippie que de lacustre, j’avais ressorti mes habits à fleurs pour l’occasion. Un très beau souvenir.

Si je remonte à des souvenirs nettement plus anciens, je me rappelle que j’allais me baigner sur le site de la Tène, comme beaucoup d’enfants du coin, une merveilleuse petite plage à l’eau peu profonde et on avait l’impression que nos amis les Lacustres, un peuple pacifique dont les maisons surplombaient le lac, venaient juste de quitter les lieux. On n’avait aucune conscience de la distance qui nous séparait de ces ancêtres.

C’est ainsi que j’ai voulu faire un savon qui unit les habitants de la région à travers le temps. Tous les éléments qui le composent ont une raison d’y être, sauf l’huile de babassu et l’acide stéarique qui ont simplement pour but de remonter l’INS. La palme et le coco sont des concessions aux lacustres modernes, qui aiment les savons qui moussent. Pour les autres ingrédients, ils existaient déjà à l’époque.

Voici la recette du savon lacustre et sa symbolique :

3% HV de babassu bio (INS)(Merci Irène))

6% d’acide stéarique (INS) (Merci Irène)

7% HV de palme (dureté)

34% HV coco (mousse)(pour faire plaisir aux lacustres modernes)

13% HV de colza bio (une huile produite actuellement dans la région)

14% HV d’olive de Sicile bio (marque les échanges avec d’autres cultures, on sait que cette huile était consommée à l’époque)

3% de saindoux (les Lacustres pratiquaient l’élevage)

10% HV de tournesol bio (un autre produit régional)

4% de macérat de feuilles de chêne sur HV de noisette bio (les fouilles ont révélé que les lacustres consommaient des noisettes et des noix, le chêne était un arbre sacré à l’époque)

3% de macérat de feuilles de gui sur huile de germes de blé bio (agriculture et plante sacrée, l’union de la nature, de la culture et du culte)

3% de macérat de feuilles de houx sur HV de noix bio (plante sacrée qui symbolise l’éternité, donc la continuité dans le temps du peuple du lac)

Soude pour un surgraissage à 9% dissoute dans de l’eau du lac

A la trace :

Purée de baies (les Lacustres pratiquaient la cueillette)

Fragrance gui (plante sacrée et concession aux lacustres modernes qui aiment les savons parfumés)

En décoration : de petits galets du lac récoltés sur la plage des Jeunes-Rives (Neuchâtel) en même temps que l’eau.

Je voulais mettre des algues du lac, mais je pense que l’eau est encore trop froide et je n’en ai pas trouvé des facilement accessibles… et je ne voulais pas me risquer à tomber dans cette eau glacée (j’aime les centres thermaux !!)

Pour celles qui s’interrogeraient sur l’odeur de ce savon, il est très proche de celui aux orties parfumé avec du sapin. L’odeur est assez discrète et agréable, parce que dans le flacon, cette fragrance sent un peu le désinfectant pour toilettes, par contre elle est agréable dans le savon.

Sur le plan technique j’ai eu quelques problèmes avec l’huile de babassu, qui est nouvelle pour moi. Comme j’ai nettement augmenté ma quantité de gras dur, j’ai dû faire le bain marie en deux fois, car je n’ai pas de grande casserole. De ce fait le babassu était déjà trop froid quand j’ai rajouté le reste et ne s’est pas bien mélangé.

En plus des photos du savon je vous laisse quelques images lacustres et je vous donne rendez-vous sur mon blog si vous désirez en savoir plus sur ce peuple.

Il y a plusieurs années un couple d’ami m’avait rapporté des soins à la pomme de terre…un lait pour le corps et un savon en guise de cadeau pour avoir gardé leurs chiens. Ils avaient visité L’ile du Prince Edouard, notre capitale de la pomme de terre 😉 et très belle région de nos maritimes de l’est canadien. Le lait était vraiment bien pour la peau et le savon aussi.

Depuis plusieurs années l’idée de faire un savon inspiré de celui reçu me trottait dans la tête et je ne l’avais jamais fait encore….et bien voila c’est chose maintenant faite…..j’en suis bien contente.

 

 

Savon à la patate

(rendement 15 gros savons/avec INS de 161)

 

  • 29.41%/500gr de d’huile de coconut
  • 29.41%/500gr d’huile d’olive
  • 29.41%/500gr d’huile de palme bio
  • 11.76%/200gr d’huile de ricin
  • eau et soude selon votre calculateur préféré
  • 6% de fragrance papaye et gingembre
  • eau et pulpe de pomme de terre *

 

J’ai remplacé la moitié de la quantité d’eau* que j’utilise normalement par de l’eau de cuisson de pomme de terre et ajouté une demi pomme de terre en purée et avec la pelure (faut garder toutes les vitamines, non? ;)).

Si vous essayez ne vous surprenez pas à l’ajout de la soude cela devient jaune fluo mais ca ne reste pas, heureusement! L’oxydation de la pomme de terre peut-être? je ne sais pas…

J’ai choisi la fragrance papaye et gingembre car avec la pomme de terre je ne voulais pas de fleuri, pas de fruité, pas de sucré……donc en humant mes flacons c’est celle qui je trouve se mariait le mieux. Je ne le regrette pas j’adore cette fragrance et ca lui va très bien au final!

Au touché il est comme un peu poudreux, on sent comme la fécule de la pomme de terre mais à l’usage il est doux, il mousse également très bien et un brin laiteux, j’aime beaucoup!

 

Propriété selon Soap calc

Hardness… 43(29-54)

Cleansing… 20(12-22)

Condition… 53(44-69)

Bubbly… 31(14-46)

Creamy… 34(16-48

Iodine… 54(41-70

INS… 161(136-165)

 

On repassera pour mon talent photo ici ;)…mais je voulais vous montrez l’effet un peu poudreux……on le voit assez bien

 

et qui sait peut-être ca vous donnera le gout de venir visité mon beau pays LOL

à la fin on voit un beau grand champs de patates 😉

et c’est la belle région de Anne aux Pignons verts (Anne of Green Gable)…vous connaissez en France?

Non non vous ne rêvez pas… c’est bien moi qui écrit un post sur un blog, un post de savon qui plus est! Je ne pensais pas avoir une année si prenante, je suis littéralement sur les rotules. Plus le temps de tambouiller, ou très peu.

J’ai tout de même des recettes à vous présenter. Pour aujourd’hui je voulais revenir sur le savon fait pour l’e-zine de Kafée : le savon pâtes carbonara.

Ce savon a sa petite histoire et elle ne date pas d’hier… plutôt d’il y a maintenant… euh… 1 an et demi ??? je m’embrouille dans le temps, je ne sais plus trop. En tout cas c’était justement chez Kafée, une rencontre entre savonneuses qui a dégénéré pour ma part. Je suis assez réputée pour mon excentricité et cette journée n’a pas plaidé pour ma cause. De fil en aiguille j’en suis venue à relever le défi de faire un savon aux pâtes et au coca. Ca, c’est fait depuis longtemps et je l’avais posté sur mon blog il me semble.

Mais une fois le délire passé, naissait dans mon esprit l’envie de faire une gamme s’inspirant du quotidien des étudiants. Elle est théorisée depuis bien longtemps et comme toujours avec moi… pas encore concrétisée.

Voilà avec ce savon, l’illustration d’un plat universellement étudiant pour moi : les pâtes carbonara.

Pour cette recette, il vous faudra :

Des tagliatelles et 80g environ de talon de jambon coupé grossièrement :

Du sel fin, un oeuf, de l’eau de cuisson de pâtes, de la crème fraîche, du saindoux, de l’huile d’olive et accessoirement ^^ de l’huile de coco, de pépins de raisin et de sésame, de l’argile blanche.

Plus précisément ? Ca donne une recette telle que celle-ci :

40% HV coco

20% saindoux

20% HV olive

15% HV pépins de raisin

5% HV sésame

pour 600g de pâte à savon :

1 CS de sel fin, un oeuf, 1CS  l’argile blanche à la trace

100 mL d’eau de cuisson pour la dilution (soude calculée pour un surgraissage à 8)

125mL de crème fraiche dans les huiles

fragrance thym.

Le souci pour ce genre de « création » c’est de trouver un bon parfum… pas toujours évident. J’ai choisi de mélanger deux fragrances thym et les gens n’ont pas l’air de s’en offusquer.

Une fois la pâte faite, versez la dans un moule rectangulaire dans lequel se trouvent déjà les tagliatelles et le jambon. On couvre et on laisse la température montée pour une bonne cuisson al dente.

Vous voulez y goûter ?

J’aurais aimé une plus grande différence de couleur entre mes tagliatelles et ma seconde pâte à savon. Je suis assez déçue du faible contraste. Et puis je n’avais finalement pas assez de tagliatelles je trouve.

ATTENTION : ce savon est composé exclusivement de… savon 🙂 PAs de vrai jambon ou de vraies pâtes, juste des inclusions.

Pour faire des tagliatelles il suffit de prendre une longue tranche de savon et d’y découper de fines et longues lamelles au moyen d’un économe.

voici la petite étiquette qui va avec (ahhhh ce bon temps ou j’avais le temps de savonner ET de faire des étiquettes lol)

Les filles qui l’ont testé… j’attends vos impressions!!!!

PS : Mystic, nous sommes dimanche soir 😉 Je sais, je suis pleine de surprises lol.

Pur Soap by Mystic

Je continue dans mes tests avec le Saindoux.
Je dois dire que mes deux précédents tests ont été concluants 🙂

Une belle mousse, une crème de mousse, et une blancheur à toute épreuve.

Voici ma nouvelle recette:

100% Saindoux

Soude et Lait de Riz Home Made

A la trace,

HE Ylang Ylang

 

Un savon  » Lait  » empli de douceur.

Un réel délice.

Belle journée à vous toutes

Perles de Beauté By Mystic

Comme prévu voici la suite de mes tests.

Après la recette Yâsamîn avec 80% HV Coco et 20% Saindoux,
voici Perles de Beauté avec 10% HV Coco et 90% Saindoux.

Le premier nous donne une mousse abondante et très aérée tandis que le deuxième nous donne une mousse extra crémeuse avec des petites bulles très serrées comme un lait onctueux.

Merci à Lolitarose d’ avoir parlé de cette recette, dans les commentaires du savon Yâsamîn, cela m’a donnée envie de prolonger les tests  🙂

 

La Recette:

* 10% HV Coco Bio
* 90% Saindoux

Soude et Lait de Riz  home made by Mystic

Lorsque l’on fait du lait de riz, on obtient un gel très épais lors du refroidissement et lorsqu’on mélange du lait de riz  avec des perles de soude, on obtiendra comme du granité de lait assez épais.
C’est assez déroutant mais cela se mélange bien aux gras avec le mixeur.

 

Dans les HV tièdes, 2 càs de lait de riz ( ben oui encore !!! )

 

A la trace,
– 1/2 batch avec 1 càc de Poudre de Chlorophylle et 1 PDC d’Oxyde noir bien mélangés
– 1/2 batch avec 2 càc de Perles de Jojoba et fragrance Rice Flower and Shea

 

J’ai versé en alternant tout simplement mes deux batchs.

Et voilà le résultat :

 

  

Ca fait un moment que je n’ai pas posté de savons ici. Voici donc un savon que j’ai fait il y a une quinzaine de jours, mais j’attendais de voir son développement avant de le poster. Il s’agit du « peace soap » .Comme son nom l’indique, j’ai imaginé un savon qui pourrait inspirer la paix. Il me le fallait blanc, puis il fallait un symbole, donc rien de vraiment original , la colombe me semblait tout à fait appropriée. Impossible de faire un savon tout blanc, puisque la colombe l’était déjà, et je comptais la mettre en incrustation avec un emporte pièce. Donc il me fallait des ingrédients qui contrastent tout en restant dans les tons clair. Tout ce qui serait simple sur un dessin se complique un peu en sachant que la soude fera ce qu’elle voudra de toutes façons sans me demander mon avis. Donc la colombe provient d’une batch faite avec du lait (le lait qui est un produit calmant, blanc et qui réellement inspire à la paix…

Le reste du savon : (j’ai choisi en grande partie des ingrédients provenant du moyen orient.

HV coco 30%

HV olive 20 %

HV colza 30 %

HV sezame 10 %

HV palme bio 10 %

A la trace, du miel (ingredient sucré qui inspire la douceur, il est d’ailleurs traduit par « douceur » dans beaucoup de pays) et de la tahine (pâte de sesame)

Puis comme une colombe ne se déplace jamais sans sa branche de feuille d’olivier, j’ai mixé  des feuilles sèchées d’olivier, je les ai réduites en poudre, j’ai roulé dedans des boudins de savons (provenant de la batch de lait) pour bien les impregner et je les ai plantés dans le savon…

le miel, le lait , le sésame sont également des ingrédients très doux pour la peau.

Fragrances : lait sucré pour la colombe et miel d’accacia pour le reste du savon. J’aurais voulu un peu plus de contraste entre la colombe et le reste du savon, pensant que le miel comme d’habitude foncirait un peu, mais comme je disais, c’est pas moi qui décide tout la dedans…

J’ai utilisé un moule à gateaux en silicone carré, j’ai disposé sur le dessus les colombes et les batonnets de savon enrobés de poudre de feuilles d’olivier. le lendemain, j’ai tout decoupé et j’ai retranché un peu en surface pour égaliser le tout…

Yâsamîn by Mystic

En parcourant le blog de Lolitarose et de son fameux Savon  » Madame La Marquise  »  ,

J’ai voulu tenter la recette inspirée par Michèle avec du saindoux.

J’ai déjà utilisé de la graisse de canard du Sud Ouest reçue par Nansou et je dois avouer que les savons sont glissants et bien clairs.

Si on utilise des poudres colorantes , les couleurs sont bien franches aussi.

Des savons très crémeux et qui n’agressent pas la peau.

Je voulais tenter le coup avec du Saindoux 🙂

Ma recette revisitée :

80% HV Coco Bio
20% Saindoux

Soude et Eau sans réduction

Un soupçon de lait de coco frais et un nuage de lait concentré sucré

A la trace,
– extrait glycériné de Fleurs de Jasmin home made by Mystic
– Fragrance Jasmin

INS 234
Mousse Abondante 54%
Mousse Crémeuse 18%

Voilà le  » Cochonou  » ( clin d’oeil à Lolitarose 😉 )

Un savon pur blanc très lisse car j’ai travaillé à la trace ultra fine.

Ils ont été moulés dans des moules individuels GBhouse et des moules en silicone à pâtisserie.

Démoulage après 24 hrs.

Et là, on voit bien la différence  visuelle de blanc  et de texture entre les moules :
– texture hyper lisse et pur blanc pour les moules GBhouse
– Des savons blancs moins lisses et   » moins purs  » si je puis dire et un démoulage moins aisé pour les moules à pâtisserie

Comme quoi la qualité n’a pas de prix…..

Pourquoi Yâsamîn ?

Car j’ai voulu associer aux bienfaits du saindoux, le  Jasmin qui avec la Rose est une des deux fleurs Reine en parfumerie.
 Le Jasmin est considéré en Orient comme le symbole de l’amour et de la tentation féminine.
En Inde, Kâma, le dieu de l’amour, atteignait ses victimes par des flèches auxquelles il attachait des fleurs de jasmin.
Cléopâtre serait allée à la rencontre de Marc Antoine dans un bateau dont les voiles étaient enduites d’essence de jasmin……

Bref, il suffit de fermer les yeux et le parfum enivrant du Jasmin vous invite aux rêves les plus fous….

Bisous

 

Ce petit dernier à une odeur sublime de Daffodil (Narcisse) et je trouve mon défi de look pas trop mal du tout, c’est pourquoi j’ai désiré vous en parler comme premier savon de 2010 pour moi sur  Monde de bulles.

Au départ c est au niveau du look que j’ai laissé aller mon inspiration car je voulais un savon plage, inspiré d’une de mes photos de voyages de 2007 ……ca fait changement que de trouver son inspiration à l’épicerie 😉

donc 14 février 2007, Charlotte Amalie, St-Thomas, Iles Vierges…..très, très romantique un coucher de soleil pour la St-Valentin!

voila le résultat….

noel savonnerie 022

divers 002

Donc les étages vont comme suit….

  • un étage de pâte pour le sable… soupçon de jaune néon labcolor de chez New Directions Canada
  • une partie de la pâte colorée avec de l’argile noire australienne pour les montagnes que j’ai disposé plus sur les cotés du moule qu’au milieu
  • une partie “neutre” blanche pour le lointain, l’horizon souvent très lumineux et blanchâtre avec un peu de blanc de titane
  • comme ciel de l’ultramarine bleu qui est plutôt violet grisâtre au final 😉 ….mais un ciel orageux des caraïbes à bel et bien cette couleur aussi …oui, oui je sais de quoi je parle j ai eu droit a beaucoup de pluie et de ciel sombre en vacances cette année 😉

 

La recette toute simple composé de :

40% huile de coconut, 30% d’huile d’olive extra vierge, 20% de canola biologique et 10% d’huile de son de riz

eau et soude selon calculateur

d’argile noire, kaolin blanc, blanc de titane, ultramarine bleu

5.5% fragrance daffodil(Narcisse) de chez NDA (j’adore cette odeur c est un classique chez moi depuis mes débuts)

J’espère qu’il vous plait??? il est extra mousseux et cette fragrance (que j’adore, je vous l’ai dit n’est ce pas? ;)) laisse son parfum sur la peau….du pur bonheur!

Qui a déjà été inspiré d’un souvenir ou d’une photo pour faire son savon?? j’ai bien hâte de vous lire sur le sujet et de savoir ce que vous pensez de celui ci 🙂

En voyant la catégorie dans laquelle cet article est publié, vous allez peut -être penser que j’ai changé mes ingrédients de base, que je vous présente un magnifique savon composé d’huiles rares et précieuses, avec des micas dorés et surgraissé avec un beurre venu d’une terre lointaine, sans oublier une incroyable synergie d’huiles essentielles bio…. Pourtant rien de tout cela, que des huiles bien de chez nous, si dans le nous j’inclus l’Europe puisque le climat ne s’est pas réchauffé au point de permettre la culture de l’olivier en Suisse. Alors s’agirait-il d’une faute de frappe? J’aurais coché la mauvaise catégorie, précieux au lieu de basique?

Pourtant non, vous avez bien lu. Il s’agit d’un savon précieux.

Il n’est peut être pas très précieux dans ses ingrédients, mais très précieux pour moi. Il marque une étape. J’ai commencé à faire du « vrai savon » en juin de l’an dernier après avoir dévoré les blogs et le Forum des Céphées. Ce savon a été fait pour le swap « A l’heure du thé » organisé debut décembre sur le le site de Swap and the city. Pour Loli j’ai voulu faire un savon qui serait le plus complet et le plus parfait dont j’étais capable à ce moment là. Je suis bien consciente qu’il me reste un grand chemin à parcourir sur la route du savon, mais ce savon ananas/laurier est une étape de progression importante pour moi.

Je devais tenir compte du thème à savoir le thé et des goûts de Loli qui m’a dit aimer les odeurs gourmandes. J’ai donc choisi le thé noir et l’ananas pour cette création. Mais je voulais vraiment me surpasser et faire quelque chose de plus original que les savons aux fruits que je fais d’habitude, j’ai donc décidé d’utiliser un macérat pour la première fois. J’ai cherché une plante qui pourrait relever la douceur un peu fade de l’ananas, et mon choix s’est porté sur le laurer dont j’aime beaucoup le parfum. J’en ai fait un macérat sur  olive bio de Sicile.

Au final ma recette est la suivante:

30% HV coco

10% HV palme

10% HV tournesol bio

50% macérat de laurier sur HV olive bio de Sicile

Lait de coco et yogourt coco mixé dans les huiles avant la soude

Soude à recalculer pour un surgraissage à 9% diluée dans une infusion corsée de thé de Darjelling issu du commerce équitable avec réduction du liquide

A la trace:  Ananas frais mixé et fragrance ananas de chez Sensory, jus d’ananas

Et voici le résultat en image:

J’étais tellement contente de mon savon que je me suis aperçue après l’avoir mis dans les moules que j’avais oublié d’y ajouter la pulpe de noix de coco rappée prévue pour le rendre exfoliant. Le paquet semblait me narguer sur la table, histoire de me rappeler que mon savon n’était pas en tous points aussi parfait que je l’avais voulu.

Les premiers jours, mon savon sentait l’ananas puis l’odeur à évolué, maintenant elle s’est mariée à celle du laurier, de telle manière qu’on ne reconnait plus ni l’une ni l’autre. Le savon a pris un parfum épicée loin de la douceur initiale de la fragrance ananas.

J’espère que Loli sera contente de cet échange. J’ai eu beaucoup de plaisir à créer un savon aussi parfait que mes maigres connaissances en savon me permettent de le faire.

Je précise bien qu’il n’est pas parfait en soi, loin s’en faut, mais il l’est pour moi car il marque les progrès réalisés grâce au soutien et aux conseils de mes chères marraines en savonnerie (les intéressées se reconnaîtront)

Articles les plus lus

Archives