You are currently browsing electrobubble’s articles.

« Si tu as froid, le thé te réchauffera. Si tu a chaud, ça te détendera. Si tu es depressif, ça te réconfortera. Si tu es excité, ça te calmera. » William Gladstone

Après le fort joli savon au café de Kaleasfe, voici le savon au 4 thés.

En règle générale, j’utilise peu de fragrance au profit des huiles essentielles, mais de temps à autre, j’aime un peu de fantaisie…

(mise à part cet ajout chimique, j’ai choisi des ingrédients les plus « cleans » possible dont des huiles et du beurre de karité biologiques)

LA RECETTE :

Pour 500g de « gras »

– Huile de coco         :   30%   soit   150g

– Beurre de karité     :   20%   soit   100g

– Huile de ricin           :   10%   soit    50g

– Huile d’olive             :   20%   soit   100g

– Huile de carthame   :   10%   soit    50g

– Huile de tournesol   :   10%   soit    50g

INS : 142

Lessive de soude faite avec une infusion corsée de thé blanc pour un surgraissage nul, dans laquelle j’ai ajouté 2,5g de soie Tussah (j’aime l’association de la soie et du thé…le souvenir d’un tchaï lors d’une visiste dans une soierie indienne)

Dans les huiles et le karité fondu, j’ai ajouté un « nuage de lait », c’est à dire  25g de lait de brebis en poudre

et de le poudre d’arrow root à hauteur de 15g

(en fait, je voulais mettre de l’argile mais je me suis trompée et au final je dois dire que je suis assez satisfaite de mon étourderie. L’arrow root renforce l’aspect velouté de la soie.  Je pense qu’on peut encore augmenter sa proportion et aller jusqu’à 10% du poids des huiles, comme l’a fait la belle cece avec ses derniers savons poudrés)

A la trace légère, j’ai ajouté 35 g de macérat de thé noir (rapporté de mon voyage en Inde) sur une huile d’amande douce, ce qui fait donc un savon surgraissé à environ 7%.

J’ai ensuite séparé ma pâte en deux parties égales et j’ai mis mes derniers ajouts

Pour la 1ere partie :

thé vert en poudre   : 2,5g

– chlorophylle en poudre  : 5 cuillères « dash »

– fragrance « thé vert »

Pour la 2ème partie :

thé rouge en poudre  : 2,5g

– ocre rose  : 3 cuillères « dash »

– fragrance « thé blanc d’orient »

J’ai récupéré une bouteille de jus de fruit de forme ovale que j’ai séparé en deux et j’y ai coulé mes deux pâtes à savon.

Le lendemain, j’ai démoulé et découpé mon savon et pour m’amuser encore un peu je l’ai tamponné, et voilà….

Quelqu’un veut du thé ? Quelle couleur ?

Timidement et avec modestie, je viens  vous présentez ma première contribution savonesque pour Monde de Bulles.

Ce savon  m’a causé quelques soucis et visuellement, il est loin…très loin de ce que j’aurai voulu vous montrez. J’ai même songé à tout refaire mais cela m’aurait pris un temps considérable et je ne voulais pas vous faire attendre plus longtemps.

Il y a quelques mois de ça, je suis allée en Inde et ce voyage m’a tellement bouleversé et enchanté qu’il m’a laissé des souvenirs merveilleux et un peu d’inspiration. Je voulais un savon doux au parfum poudré me rappelant un peu ce pays si cher à mon âme.

L’hivers a été rude mais deci delà, on apperçoit les prémices du printemps et je voulais lui donner une invitation dans ma salle de bain…

Huile de coco, jasmin , soie…pour l’Inde

Lait de brebis et papillon… pour le printemps

Pour 500g de « gras »

  • huile de coco :        25% soit 125g
  • beurre de karité :   25%  soit 125g
  • beurre de cacao :   10% soit 50g
  • huile d’olive        :    10% soit 50g
  • huile de carthame : 10% soit 50g
  • huile de chanvre   :  10% soit 50g
  • huile de ricin          : 10% soit 50g

Poids d’eau maximum

Soie Tussah : 2g (dissoute et mixée dans la solution eau+ soude)

Soude calculée pour un savon sans surgraissage

Mixés dans les huiles :

  • lait de brebis en poudre : 20g
  • argile blanche : 20g

A la trace fine, j’ai ajouté 20g de cire de jasmin que j’avais fait fondre dans 35g de macérat de jasmin  sur une huile de jojoba. Je n’ai pas pris en compte la cire de jasmin mais on arrive à un surgras supérieur à 7%. ET, j’ai ajouté 4g d’attar de jasmin à l’odeur extra-or-di-nai-re rapporté de mon périple indien.

Habituellement, je « travaille » à température ambiante mais lorsque j’utilise des cires florales je m’efforce à conserver une température près des 40°C pour éviter que ma cire ne fige (j’ai déjà eu ce problème).

Et c’est à partir du moment où j’ai voulu faire des couleurs que les ennuis sont arrivés…

J’ai séparé ma pâte en deux. Dans la première partie, que je voulais blanchir, j’ai ajouté 2g de dioxyde de titane mais il s’est mal intégré et il a laissé des points blancs disgracieux. Dans la deuxième partie, j’ai mis 1,5g d’ultramarine rose (qui a une couleur de base plutôt mauve que rose) mais je n’en ai pas mis assez…

J’avais préparé un tube vide de « Pringles » et un entonnoir dans le but de couler mon savon suivant la méthode du funel…et c’est à cet instant précis que « ding dong ! c’est le facteur. il fait froid.Bla-bla-bla- vous voulez pas un calendier-bla-bla-bla- merci-bonne jounée » Grrrrrr, même en expédiant le facteur au plus vite, ma pâte était dans un état avancer de « solidification ».

Avec grande déception, j’ai coulé comme j’ai pu…

Je ne suis pas fan de la phase de gel et autant que possible, je l’évite…Mon savon à donc passé ses six premières heures au frais (dans mon réfrigérateur)

Une trentaine d’heures plus tard, et juste avant le démoulage, j’ai fait tomber le moule et le savon encore mou en a légèrement souffert…re-Grrrrr

J’ai découpé des  tranches de 2 cm. Le savon était encore mou (normal me direz-vous l’INS est de 138). Alors, j’ai étalé, ( comme une pâte à tartre) la partie bosselée consécutive à la chute, et, avec un emporte pièce, j’ai découpé des papillons. Ensuite, j’ai « collé » mes motifs  sur quelques tranches.Pour les tranches restantes, j’ai « pressé » doucement l’emporte pièce  sur une  face pour y imprimer le dessin.

Le résultat en images :

Même si visuellement, « je le voyais autrement », il contient quand même des ingrédients » précieux ». Même si j’aime pas trop son look, je suis très fière de son odeur que je trouve fabuleuse, poudrée, fine et légère comme les ailes d’un papillon.

J’ai de gros efforts à faire en ce qui concerne les couleurs et les marbrages, ça sera pour une autre fois…c’est promis…

De tout coeur, je vous remercie, mes petites bulles,  de m’accueillir parmis vous ! et  je fais des énormes  bisous à ma Pots pour son aide estimable.

A très bientôt pour de nouvelles aventures savonesques !

Articles les plus lus

Archives