J’avais décidé de faire un funnel aux fruits d’automne qui aurait dû être magnifique. Si Mystic aime créer des savons aux minéraux ou symboliques, pour je ne sais quelle raison, ma passion va aux savons aux fruits. J’ai déjà essayé toutes sortes de fruits.

Là je disposais de coings et de pommes venant du verger d’une collègue, cultivés sans pesticide. La veille, j’ai mis à cuire deux pommes et un gros coing dans un peu d’eau, je les ai laissés mijoter plus de deux heures de temps afin d’obtenir une compote avec des sucs très concentrés. Puis je les ai mixés et mis au frigo jusqu’au lendemain. A ce moment j’ai rajouté dans ma purée de fruits 1 grosse cs d’argile verte et 1 cs rase de spiruline. J’ai bien mélangé le tout pour obtenir une magnifique purée vert bouteille.

Ensuite j’ai préparé ma pâte à savon comme d’habitude : 

30% HV Coco

10% HV palme

10% tournesol bio

50% colza bio

Eau et soude pour un surgraissage à 8%, sans réduction d’eau

Purée de pommes et coing avec argile verte et spiruline

Fragrance pomme/cannelle de ma droguerie

J’ai mixé mes huiles et la soude jusqu’à la trace ultrafine, ajouté la fragrance puis divisé la pâte en deux. J’ai ajouté ma purée verte dans la première moitié.

Et c’est là  que les ennuis ont commencé, la partie blanche s’est figée en quelques secondes, juste le temps de mettre la purée dans l’autre moitié. Elle n’était pas juste un peu figée, mais avait pris l’apparence et la consistance d’un flan à la vanille, j’aurais pu retourner le saladier sans qu’il ne se passe rien. Donc le magnifique funnel que j’avais prévu de faire depuis plusieurs jours s’est transformé en un « one pot » peu convaincant. J’ai coupé mon flan vanille en morceaux pas trop grands avec la spatule et versé la pâte verte, très liquide, par-dessus, j’ai touillé quelques coups en rond et versé le tout dans mes moules.

Le magnifique savon que j’avais projeté avait bien triste allure dans son moule, comme Don Quichotte il ressemblait à un chevalier à la triste figure.

J’ai laissé mes trois moules dans le four jusqu’au lendemain. Je pensais me consoler en visitant mes coupines sur leur blog, mais là aussi on ne parlait que de savons ratés.

Ma douce Cece présentait son savon de Noël mais se déclarait déçue du marbrage rose, pourtant très joli, plus loin Miss Ladybird voulait tout laisser tomber après des savons ratés, malgré les consolations de ses amies. C’était décidément un bien triste jour pour la savonnerie !!

Le lendemain j’ai démoulé mes savons sans préjugé. Certes ce n’était pas du tout le résultat que j’avais désiré, le marbrage délicat donné par le funnel n’était pas présent, mais j’ai décidé de regarder mon savon aux fruits d’un œil neuf, était-il vraiment raté ?

Certes il n’a pas l’apparence prévue, l’esthétique est moins belle que dans mon rêve, mais il n’est pas déphasé, il est solide, il n’a pas de trou, il n’a pas eu de phase de gel dévastatrice, il sent bon la pomme, il fera sûrement un savon bien agréable, donc est-il vraiment raté ?

Cet épisode m’a rappelé une chanson d’un CD compilant des chansons bretonnes. Je ne suis plus très sûre du nom du groupe qui la chante, je crois que c’est Tri Yann (sans aucune certitude), ils disent en substance : Que signifie être breton ? Suffit-il de naître en Bretagne ou être breton ? Je suis breton parce que j’ai choisi d’être breton.

Il y a certes les savons vraiment ratés, déphasés, avec un mauvais calcul de la soude etc. et dans ce cas, il faut les jeter sans hésiter car ils peuvent être dangereux. Mais on lit si souvent sur nos blogs que notre savon est raté simplement parce qu’il n’est pas comme nous l’avons désiré. Mais si nous arrivons à le regarder avec un œil neutre nous arriverons déjà bien à lui trouver une beauté, peut-être différente mais belle aussi.

Il me semble que nous avons souvent la même attitude dans la vie. Souvent nous pensons que rien ne va, quand ça ne va pas comme on veut, pourtant les cailloux que l’on rencontre sur notre chemin ont quelque chose à nous apprendre. Et n’oublions pas que le plus magnifique des diamants ressemble à un vilain caillou tant qu’il n’a pas été taillé.

C’est vrai, avec la soude nous ne maîtrisons pas tout, mais c’est à l’image de nos vies. Kierkigaard a dit que l’Homme est un mélange de fini et d’infini et parfois j’aime à croire que nos savons en sont un pâle reflet.

Mais après tant de bla-bla, je vais quand même vous montrer mon savon aux fruits, la première photo montre une tranche peu marbrée et la deuxième, une tranche où les deux couleurs se sont bien mélangé :

La photo ne rend pas bien les couleurs, la partie foncée est moins brune qu’il n’y paraît, mais plutôt couleur lie de vin foncée

Publicités